Vous êtes ici : Résultats des Compétitions > Saison 2010-2011 > Piste 2010-2011 > Cahiers de Laurent Arzur à Daegu > 28/08/2011 - Ca continue
Résultats des Compétitions
Saison 2017-2018
Saison 2016-2017
Saison 2015-2016
Saison 2014-2015
Saison 2013-2014
Saison 2012-2013
Saison 2011-2012
Saison 2010-2011
Saison 2009-2010
Saison 2008-2009
Saison 2007-2008
Saison 2006-2007
Saison 2005-2006
Saison 2004-2005
Saison 2003-2004

Questionnaire de Proust

Marche Nordique

Les records
Féminins
Masculins

Les partenaires du Stade Brestois

Infos club

-  Infrastructures
-  Inscriptions et tarifs
-  Comité Directeur
-  Encadrants
-  Boutique du club
-  La vie du club
La vie du club

Entraînements
(Lieux, horaires, entraîneurs)

Course La Conquétoise
Edition 2017
Edition 2015
Edition 2014
édition 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006

Contact

Anciennes Gloires

A visiter

28/08/2011 - Ca continue

La journée s’annonçait orageuse. Forte humidité, vent soufflant dans les bâches. En apparence, tout est pourtant normal. Un coréen me trouve ressemblant avec un tennisman serbe numéro un mondial. Le revers et le coup droit en moins lui réponds-je.

Hier, je vous parlais de l’ambiance au stade, j’avais oublié de préciser que ce stade était magnifique, très belle architecture avec une capacité à taille humaine. En plus, au niveau de la sono, ils ont su trouvé un compromis entres les protocoles solennels et l’ambiance festive avec des "dance time", moments ou les meilleurs danseurs passent sur écran géant. Je n’ai pas essayé : je suis trop discret. Non, pendant les moments d’accalmie, je m’étire sur mon siège en me baignant de soleil. Certains vont au club Med se dorer la pilule, pour d’autres les piscines, pour moi ce sont les stades d’athlé. Musique, lunettes de soleil, encouragements, concours de saut à la perche du déca : que du bonheur. Surtout que les Coréens sont très fair-play. Un Polonais fait un salto sur le tapis et le public est conquis. Il faut dire que s’ils doivent attendre un podium pour s’emballer.... Finalement, pour le moment, comme les Français. Grosse enflammade pour Kim Kun Woo qui bat son record perso avec un saut a 4.90m.

Entre les concours de perche et de javelot de ce déca, je vais me renseigner sur mes prochaines vacances : un stand Moscou 2013 est présent. Prise de renseignements et réponses utiles. Il va falloir y penser à la fin de l’année. Pour infos, ensuite ce sera Pékin 2015 puis soit Londres, Barcelone ou Doha 2017 (vote en novembre). La compétition reprend et je retourne dans la zone athlètes. Les contrôles sont plus sérieux qu’hier. Un bénévole me demande si je suis coach ou athlète, je réponds oui et... ça lui suffit. Pendant une 1/2 seconde, j’ai un peu honte mais après tout, il ne m’a pas demande quel niveau d’athlète j’avais et quand je vois qu’il y a plus d’accompagnateurs de la FFA qui squattent dans cette zone que de participants, je n’ai pas de scrupules à avoir. Et qui plus est, je ne prends la place de personne.

Et comme hier, les délégations kényanes et éthiopiennes se replacent autour de moi : la finale du 10000m hommes promet d’être chaude. Les Rouges, Jaunes et Verts veulent leur revanche. Pas loin, j’aperçois Annette Sergent accompagnée de Marie-Jo Pérec. Et de l’autre cote, quelques Americains dont Bernard Lagat.

Mais, il y a surtout un athlète que je repère aisément : le seul Breton participant aux Championnats avec sa tenue entièrement rouge. Le représentant de la Polynesie Française, de l’EAPB, j’ai nommé Chjarles Delys. Il est sur son nuage. Évidemment, il reconnaît volontiers sa chance de courir sur 1500m. Pour exemple, il cite Mathieu Garel qui a couru 3’41 cette saison et n’a fait que 4eme aux "France" espoirs alors que lui avec son record a 3’49, il est aux "Monde". Il voit bien l’injustice mais si on vous avez propose de courir les championnats du Monde, auriez-vous refusé ? Son but : ne pas se prendre une raclée. Et espérer que ça parte doucement pour rester au contact jusqu’au kilomètre. Je lui ai quand même demandé ce qu’il choisirait entre une place ici et un titre de champion de Bretagne de cross. Réponse : pour l’intérêt sportif, le titre. Ils ont des chapeaux ronds...

Devant nous se succèdent les demi-finales du 800m avec un niveau extrêmement élevé. La finale promet. Sur 10000, ce fut celui des surprises. Bekele, pas au mieux, abandonne, la colonie éthiopienne tombe en deuil, l’Erythréen Tadesse emmène toute la course et termine au pied du podium, les Kényans passent devant et leurs supporters se mettent à rêver puis Mo Farah démarre comme une bombe aux 600 et, au lieu de contrôler dans le dernier tour, remet un brin avant de s’écrouler devant un athlète qui m’était inconnu : l’éthiopien Jeilan. Son public ressuscité est en délire. Ses chronos : 27’13 avec un dernier kilo en 2’27, un dernier 500m en 1’07 et un ultime tour de piste en 53’’. Ça laisse rêveur. Le champion d’Europe britannique Farah n’a que les yeux pour pleurer. L’or lui tendait les bras. Il parait tellement seul après la ligne qu’aucun Britannique n’est la pour lui tendre un drapeau pour son tour d’honneur. J’ai bien un drapeau avec les mêmes couleurs mais je ne sais pas si ça l’intéresse. Ensuite, après la finale du 1500m du décathlon ou l’Américain vole la deuxième place au Cubain Suarez pour 4 petits points puis les larmes de joie très émouvantes de la sauteuse en longueur lettone après sa troisième place arrive LA FINALE ou l’on va savoir qui est normalement le meilleur derrière Bolt.

Finalement, l’orage que je prévoyais ce matin n’était pas celui escompte. Le bruit du tonnerre fut un Ohhhhhhhhhh quand le Jamaicain voulut partir avant les autres puis un deuxième Ohhhhhhhhh crie par le public qui n’avait pas compris qu’il n’y avait pas de repêchage possible. Ce sera un orage sans foudre. Quelques drapeaux Jamaïcains à ma droite sont en berne tandis que j’agite le mien. Après Pékin et Berlin, Bolt procure à nouveau des émotions. C’est cruel, c’est électrique, la tension palpable dans le stade est énorme.

Alors QUI ? Pourquoi pas le junior bleu blanc rouge ? Pourquoi pas 1 et 2 ? Des Américains s’agitent. C’est top. Pour les athlètes, ça doit être terrible, les 7 doivent se dire pourquoi pas moi ? Gay et Powell, absents, doivent se mordre les doigts.

Car finalement 9’95 pour le premier, 10’09 pour le bronze (Kim Collins toujours place quand ça ne va pas très vite) et seulement 10’’19 et 10’’27 pour les prodiges français. Que de regrets ! Blake est le mortifere des Francais. Mon drapeau va retourner dans mon sac... tandis que les Jamaïcains ressortent les leurs et me chambrent gentiment. C’est de bonne guerre...

A suivre.

Bises

Retour au menu


Dans la même rubrique :
10/09/2011 - L’épilogue
03/09/2011 - Vivement la prochaine fois !
02/09/2011 - La fin est proche
01/09/2011 - La fête continue
30/08/2011 - Galerie des illustres ou images Panini
29/08/2011 - De plus en plus fort !
27/08/2011 - C’est parti !
24/08/2011 - L’arrivée à Daegu
Jeu concours




Nous contacter | Plan du site | Accueil